[ Questions parlementaires ] Syndrome de Diogène

Question avec demande de réponse écrite à la Commission
Article 130 du règlement

Le syndrome de Diogène est l’accumulation et l’entassement de manière maladive et compulsive de toute sorte d’objets et de détritus à son domicile. Ce syndrome se caractérise aussi par un isolement social, un refus de toute aide et une négligence de l’hygiène corporelle et domestique. Il est souvent aussi associé à des pathologies psychiatriques (addiction, dépression, etc.) et à des troubles cognitifs (Alzheimer, etc.).

On ignore le nombre exact de personnes touchées par ce syndrome, mais cela concernerait 1 personne sur 2 000, soit 30 000 personnes en France. À Paris, le nombre de signalements a augmenté de 517 % entre 2006 et 2014. Certains y voient plus une hausse des signalements qu’une hausse du phénomène. Le souci est surtout que l’aide aux personnes atteintes du syndrome de Diogène est délicate, mais cela peut être dangereux sans aide puisque les logements très encombrés peuvent menacer la santé physique, mentale et sociale des occupants et aussi affecter le voisinage avec des risques d’effondrements de planchers et d’incendies.

La Commission a-t-elle des chiffres précis sur ce phénomène en France et en Europe?

Comment la Commission peut-elle accompagner les États pour prévenir ce syndrome et échanger les bonnes pratiques en vue de solutions durables?