Questions parlementaires sur la sauvegarde des abeilles et de l’apiculture

Article 130 du règlement
Dominique Bilde (ENF) , Sylvie Goddyn (ENF)

Depuis près de trente ans en France, les populations d’abeilles diminuent dangereusement. L’agriculture intensive a généralisé les engrais et les substances phytosanitaires (fongicides, insecticides, herbicides) et, même si, grâce à l’action des apiculteurs, les pouvoirs publics reconnaissent la toxicité de deux molécules et suspendent la commercialisation du Gaucho sur tournesol et maïs et du Régent sur toutes les cultures, le problème n’est pas résolu car de nouveaux produits similaires sont apparus. À cela s’ajoutent les parasites et les maladies contagieuses qui se propagent comme le frelon asiatique.

Les dernières années ont été calamiteuses en termes de production apicole avec seulement 10 000 tonnes en France en 2015, soit quatre fois moins qu’il y a vingt ans, tandis que la Roumanie voyait sa production doubler en dix ans.

Le Parlement avait aussi rejeté idéologiquement les objections sur le sulfoxaflor et sur le quadruplement des limites admissibles de thiaclopride dans le miel allant contre la protection de notre biodiversité.

Quelles mesures la Commission va-t-elle réellement prendre pour protéger les abeilles et la production apicole en France et en Europe?

La Commission envisage-t-elle le rétablissement dans la PAC du bonus lié à la jachère apicole?