Question sur l’État islamique en Syrie et le camp de Yarmouk

Question de Dominique Bilde, cosignée par Sophie Montel et Marie-Christine Arnautu :

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la situation dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, près de Damas en Syrie, est extrêmement préoccupante. Ce camp est contrôlé en partie par les groupes terroristes État islamique et Front Al-Nostra.

De nombreuses tentatives ont été menées par les autorités syriennes afin de sauver les réfugiés dans ce camp, et notamment ses 3 500 enfants selon les données recueillies. Les organisations non gouvernementales (ONG) font état d’un manque de nourriture et d’eau flagrant, mais aussi de traitements inhumains et de décapitations par les groupes terroristes islamistes, qui empêchent les ONG et les autorités d’entrer dans le camp.

Quelles mesures la Commission peut-elle prendre afin de secourir les personnes victimes de violences dans ce camp et de leur apporter une aide humanitaire décente?

La haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité envisage‐t‐elle de rétablir les relations entre l’Union et le gouvernement syrien afin de secourir les réfugiés de ce camp, mais aussi les minorités menacées dans tout le pays, et notamment les chrétiens qui sont persécutés?