[ Question écrite ] Le soutien à l’apprentissage dans le secteur agroalimentaire.

Article 130 du règlement
Dominique Bilde (ENF) , Steeve Briois (ENF)

Selon un rapport de Food & Drink Research Network (04/11/2013), le secteur agroalimentaire rassemble 300 000 entreprises et 4,5 millions d’employés. Il assure 6 % des exportations européennes avec une balance commerciale excédentaire de 11 milliards d’euros (2012).

Malgré le chômage des jeunes Européens (3,883 millions de moins de 25 ans sans emploi), ce secteur renouvelle difficilement son personnel, caractérisé par une proportion élevée de seniors. Ces difficultés concernent les postes qualifiés (14 % d’employés qualifiés contre 30 % globalement) comme la production.

La proportion de travailleurs étrangers a doublé entre 2000 et 2010. Cette augmentation, facilitée par l’élargissement de l’Union européenne (400 000 travailleurs étrangers en 2011 dont 200 000 ressortissants européens), a probablement contribué à l’explosion du travail précaire.

À terme, l’Union européenne risque de perdre le savoir-faire qui assure sa réputation internationale. Certains États membres ont d’ailleurs lancé des initiatives comme la Charte de coopération du secteur agroalimentaire (France, 2009) et soutenu les reconversions professionnelles (ex.: boucherie).

Les articles 9, 165 et 166 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne confèrent à la Commission des compétences concernant l’apprentissage. Comment compte-t-elle soutenir l’apprentissage et les reconversions professionnelles dans ce secteur pour limiter le recours à l’immigration?