[ Déclaration écrite ] Les conséquences du creusement des inégalités socioéconomiques pour les citoyens européens.

Merci Monsieur le Président,

Selon l’ONG Oxfam (22/01/2018), 82% des richesses générées en 2017 ont bénéficié au 1% plus riche de la population. 3,7 milliards de personnes n’en ont, quant à elles, retiré aucune amélioration. Ce constat doit tempérer tout triomphalisme quant au retour de la croissance en Europe, puisque ce creusement des inégalités porte les ferments d’une crise économique future. Pire, celles-ci hypothèquent nos perspectives de long terme en frappant au premier chef les jeunes actifs, dont le risque d’exclusion sociale s’est accru entre 2008 et 2016, comme le Fonds Monétaire International l’a souligné le 24 janvier 2018.

Cette situation, fruit d’un modèle économique prônant une mobilité du capital et du travail ne profitant qu’à une minorité, est causée notamment par renchérissement du logement, dont la part dans les budgets des ménages est passée de 20,3 % à 24,4 % entre 2000 et 2016 (OCDE), qui, conjugué à la stagnation des revenus du travail, n’est pas sans lien avec l’immigration de masse subie par l’Europe. Les déclarations de bonnes intentions de la Commission seront sans effet sans remise en cause des fondements de son modèle économique dont la conséquence ultime sera la disparition définitive des classes moyennes.


© Dominique Bilde 2015. Tous droits réservés.
Les propos tenus sur ce site n'engagent que leurs auteurs et non pas le Parlement européen